Idole japonaise

Uneidole japonaise ou idol (アイドル, aidoru, du terme anglais utilisé au Japon et dans cet article pour éviter toute confusion, « idole » en français, ) est une sorte d'idole des jeunes avec des spécificités notables, le terme désignant en fait une activité professionnelle artistiqueet non un statut social comme l'idole contemporaine en Occident. Ces idols sont de jeunes artistes très médiatisés, à la fois chanteurs, acteurs, animateurs, modèles, sous contrat pour une durée limitée pendant quelques mois ou années. Elles sont produites en nombre au Japon depuis les années 1960 par une importante industrie du divertissement, la plupart d'entre elles n'accédant pas à la célébrité ou à la richesse contrairement à ce que leur appellation pourrait laisser supposer. Le concept s'est répandu plus récemment dans d'autres pays d'Asie, notamment Hong Kong, Taïwan, Corée du Sud.

Définition courante

Les terme et concept d'idol dériveraient du succès au Japon des jeunes idoles yéyé françaises des années 1960, notamment de Sylvie Vartan révélée là-bas par le film Cherchez l'idole de 1964, gros succès au Japon sous le titre Idol o sagase qui aurait lancé le phénomène.

Au Japon, le terme idol désigne principalement de jeunes artistes des deux sexes, sélectionnés adolescents pour leur physique lors d'auditions organisées par des maisons de production et des agences d'artistes. Celles-ci les forment ensuite au chant, à la danse, à la comédie, pour promouvoir leur image dans les médias et l'exploiter dans de nombreux produits et supports à destination d'un public adolescent ou adulescent : disques en solo ou en groupes (girls ou boys band), photobooks (livres de photos), objets à collectionner et produits dérivés divers. On les fait aussi animer des émissions radio ou TV et tourner dans des publicités, films, séries télévisées, pièces de théâtre, comédies musicales. Cependant, la majorité de leurs gains reviennent en fait à leurs producteurs et agences, qui leur reversent généralement un simple salaire, plus ou moins élevé selon leur notoriété acquise.

Le propre des idols étant d'être des adolescents(es) à l'image sympathique et innocente, leurs carrières sont brèves et s'arrêtent souvent à leur majorité, ou avant suite à un manque de succès, ou à des scandales relatifs dont sont friands les médias nippons et qui ternissent leur image (liaisons, dérapages, délits même mineurs), comme ceux qui coûtèrent sa carrière d'idol à la pourtant populaire Ai Kago, ex-Morning Musume. Elles sont alors délaissées par leurs producteurs qui ne renouvellent pas leurs contrats, et retournent souvent à l'anonymat.

Quelques idols arrivent cependant à poursuivre une carrière dans le divertissement à l'âge adulte, en se spécialisant généralement dans un domaine artistique précis. Celles qui ont connu un certain succès se reconvertissent souvent en talento, célébrités des médias. Certaines deviennent de véritables idoles au sens occidental, le succès prolongeant leur carrière, comme Namie Amuro dans la chanson, Ryoko Shinohara en tant qu'actrice, ou le boys band SMAP toujours actif avec succès plus de 20 ans après ses débuts.

Ambiguïtés du terme

Bien que mixte, le terme idol est plus souvent associé aux artistes féminins, les artistes masculins étant plutôt désignés par l'appellation Johnny, du fait du quasi-monopole de l'agence Johnny & Associates sur la production des idols mâles. Le terme idol s'est galvaudé au fil des ans et en arrive parfois à désigner improprement par extension tout jeune artiste ou célébrité, quel que soit son statut ou activité réels. Les seiyū les plus jeunes sont souvent assimilés à des idols et leur image exploitée de la même manière, d'autant que de plus en plus d'idols font également du doublage d'anime dans le cadre de leurs activités, comme notamment Koharu Kusumi des Morning Musume. Le terme est désormais également utilisé pour désigner de jeunes modèles et mannequins photographiques, les Junior idol et Gravure idol, et même, dans des domaines pour adultes loin de l'image innocente initiale, les actrices pornographiques AV Idol (Idole de la vidéo pour adultes).

Cas notables de confusion

Trois stars de la chanson sont souvent qualifiées à tort en occident d'« idols célèbres », en dehors de la confusion des termes idol et idole:
  • Hikaru Utadan'a jamais été produite comme idol, uniquement comme chanteuse; la confusion venant de ce qu'elle a débuté avec succès encore adolescente, comme les idols. Elle n'a donc jamais été une « idol célèbre ».
  • Ayumi Hamasakia quant à elle été produite comme idol au milieu des années 1990, mais sans succès. Elle fut relancée comme chanteuse quelques années après, rencontrant alors la gloire. Elle a donc bien été une idol, mais pas une « idol célèbre. »
  • Namie Amurofut elle aussi produite comme idol au début des années 1990, mais sans succès jusqu'à deux singles sortis en 1995 qui la révèle au public. Elle est alors signée comme chanteuse par un nouveau producteur, et connait la gloire depuis. Elle a donc bien été une idol, mais pas vraiment une « idol célèbre », hormis peut-être pendant quelques mois avant un changement de statut.
Source :Wikipedia

A propos de l'auteur

Kira-kyuukyoku
Kira-kyuukyoku

Webmaster